> > >

Ce que pensait Xavier Niels avant le choix de Numéricable par SFR, aura-t'il raison?

Bestforfait le
actualité Ce que pensait Xavier Niels avant le choix de Numéricable par SFR, aura-t'il raison?

Dans un premier temps nous avons souhaité revenir sur le propos de Xavier Niels tenu avant le choix par Vivendi de rentrer en négociation exclusive avec Numéricable, qui dévoilait très en détail sa vision dans le cas d'une entente avec Numéricable ou Bouygues. Le choix étant fait mais les détails n'étant pas gravés dans le marbre on ne peut pas affirmer que ce séisme dans les télécoms français ne va pas en produire d'autres, avec des alliances peut-être surprenantes à venir....
Plus concrètement nous suivrons tous les événements futurs afin de permettre aux abonnés, comme aux futur abonnés de SFR, d'être informés des changements et évolutions à venir. 

Sur l'emploi:
Free a toujours insisté sur le fait que son arrivée sur le marché du mobile était vecteur de création d'emploi et non pas de destruction. Il conçoit mal que Numéricable en fasse autant, n'hésitant pas à citer en exemple le cas de l'Israélien Hot qui a vu ses effectifs passer de 4500 à 2000 tout comme ceux du câblo-opérateur Français NOOS fondre de 60% en passant sous le pavillon de la maison mère de Numéricable, Altice. Xavier Niels ne manque pas d'appliquer ce ration à SFR, énonçant ainsi une suppression de 5000 emplois au sein de la filiale de Vivendi!

Dans l'option où Bouygues Télécom serait retenu, nombreux sont ceux à se poser la question sur la capacité de ce dernier à maintenir à sont tour les emplois intacts, en arguant un cas concret et très répondu qui est celui des boutiques Bouygues / SFR se situant très proches les unes des autres pour ne pas dire jumelées. Que se passera t-il dans ce cas? Fermeture ou maintient des deux boutiques, que faire des doublons? Sur ce point le fondateur de Free ne s'attarde pas, se contentant de dire que rien n'était prévu sur ce point dans l'immédiat ( en allusion à la reprise du réseau de Bouygues Télécom), mais que cela est tout à fait possible à organiser dans le futur. Faut-il y voir roder une idée de Xavier Niels d'étendre rapidement son réseau de Free Center?


Sur les intentions de développement de la fibre:

Xavier Niels voit Mr DRAHI, le propriétaire de Numéricable, comme un investisseur, par là qu'il se développe à coup de rachat et dans son cas s'endettement fortement. D'ailleurs l'activité la plus importante ne concernerait plus le câble, mais la téléphonie mobile. A ce sujet, Xavier Niels ne manque de lancer un pic et de rappeler que lors de l'attribution d'une 4ème licence mobile en 2010, DRAHI ne s'était pas manifesté, ce qu'il trouve étonnant quand un de ses rêves était justement de se lancer dans la téléphonie mobile

Avant de continuer, voici une petite parenthèse rapide sur la notion de câble et fibre. Le câble permettait initialement de proposer des services de télévision, avant de se rendre compte que c'était un formidable moyen de faire circuler internet à une époque où le surf était lent et téléphoner en même temps impossible. Ceci-dit cela nécessité de tirer un câble indépendant du téléphone, ce qui pour toucher tous les foyer, et surtout ceux hors zone dense, s'avérait titanesque et coûteux. Rapidement l'ADSL à fait son apparition, et s'invita dans quasiment tous les foyers en en temps record car il utilise la ligne téléphonique pour transporter les informations d'Internet.
  
Dans la fibre, il existe deux cas de figure, le FTTH qui consiste à amener la fibre jusqu'à l'abonné, et la deuxième méthode, FFTB, largement utilisé par Numéricable qui est d'utiliser la fibre apportée jusqu'au pied des immeubles et de câbler la partie restante entre le pied de l'immeuble et la prise de l'abonné. Le FFTB limite le débit à 100Méga contrairement à le FTTH permettrait de faire circuler les données à plusieurs Giga

Le fondateur de Free annonce la fin du plan gouvernemental sur le haut débit. Pour rembourser sa dette, Numécable devra monter les prix, qu'alors son taux de désabonnement est le plus élevé du marché à 20%, en rappelant que le câblo-opérateur compte parallèlement glaner 5 millions de nouveaux abonnés. Il ne se gêne pas pour ironiser " c'est comme la dette, plus c'est gros, plus ça passe ". Ces dernières années Numéricable a dépensé à peine 40 millions d'euros pour le développement de la fibre, Xavier Niels n'imagine pas le groupe, encore une fois surendetté, raccordé 8 millions de foyer SFR à la fibre, mais plutôt choisir la solution FTTH. Il estime qu'Orange ne voudra plus investir autant dans le déploiement coûteux de la fibre si il est quasiment le seul à le faire. Il voit même une concurrence câble / FTTH s'intensifier dans les zones denses au détriment du reste du territoire. Xavier Niels s'étonne de silence des élus qui multiplient les projet de développent de la fibre, en estiment que la fusion Bouygues Télécom / SFR était la plus à même de soutenir un réseau FTTH unique où chaque intervenant contribueraient à l'effort.

un point sur la concurrence:
Un rapprochement avec Numéricable enlèverait toute agressivité de SFR car pour rembourser sa dette, qui serait 2 fois plus élevée que si Free venait à racheter le réseau de Bouygues Télécom, le câblo-opérateur ne pourrait pas s'aligner sur les tarifs et prestations et verrait alors filer ses abonnés. Xavier Niels est clairement pour un retour à 3 opérateurs, avec un réseau autonome et des finances saines. Tous ce qui faut pour faire évoluer le plan de déploiement de la fibre optique en France. D'autant plus qu'il affirme que ce n'est pas le nombre d'acteur qui détermine la concurrence mais la part de marché de chacun d'eux. Il cite notamment le cas des Etats-Unis où il y a 3 groupes nationaux et 200 locaux. Malgré cela les prix des forfaits mobiles sont chers. Pour le fondateur de Free c'est le choix d'un des acteurs de gagner des parts de marché, et c'est le cas de Free. De ce fait en se rend bien compte que les concurrents doit suivre. Même si le rapprochement SFR / Bouygues se faisait, en créant un géant des télécoms, le positionnement de Free de changerait pas, ni leur envie d'en découdre.

Si Bouygues l'emporte, la concurrence continuera de jouer, puis que Free de compte pas devenir un société qui fait de la rente, surtout que n'utilisant plus qu'un seul réseau au lieu de deux, Bouygues se verrait plus à même encore d'évoluer dans une guerre des prix. Free s'emparerait d'un réseau très bien développé, ce qui lui permettrait de faire évoluer la 4G plus rapidement et de se fait la concurrence aussi. Orange se verrait avoir 2 co-investisseurs solides pour développer la fibre.

Car l'intérêt de Free de voir Bouygues Télécom remporter l'offre serait de faire disparaître les sommes vertigineuses versées à Orange et d'utiliser cette somme pour acheter le réseau de Bouygues Télécom, rendant ainsi Free plus compétitifs. On parle de récupérer 15000 antennes et des fréquences 4G pour 1.8 milliards d'euros quand la facture annuelle à verser à Orange s'élève à 700 millions d'euros. C'est la gestion de ce nouveau patrimoine qui nécessiterait l'emploi de 1000 personnes supplémentaire chez Free. Dans le cas où Numérable aurait les faveurs de Vivendi, Numéricable devrait dégrouper son réseau câblé rendant Free plus fort en lui permettant de proposer plus d'offre, même si Free à une grande préférence pour la fibre.





>>
>> Découvrir tous les forfaits mobile Free


lire les commentaires

Les commentaires


Aucun avis actuellement, soyez le premier à en laisser un
Ajouter un avis

Ajouter un commentaire










Les forfaits